Une attente récompensée

Il faut une grande maturité pour être capable d’être parent, car cela implique d’être conscient que ce n’est pas une situation de pouvoir mais une situation de devoir, et qu’on n’a aucun droit à attendre en échange. Françoise Dolto.

Je ferme les yeux un instant, j’oublie un fragment de seconde, je me tourne vers d’autres projets et soudain… Tu es là.Je n’en reviens pas, mais cela fait trois mois.Trois mois que tu grandis en moi, trois mois d’incertitude, mais également d’évidence, tu es là.Tu berces mes journées de tendres nausées, de fatigues incontrôlables, mais d’un amour insoupçonné.

IMG_2654Aujourd’hui, je t’attends…

Autrement, prends ton temps, même si ton papa et moi, nous avons tellement hâte de te rencontrer !

Nous avons toute la vie pour s’aimer à trois, à quatre, avec ton ami, ton Juke, ton chien.

Tu verras grandir avec un animal est une chose merveilleuse sauf quand il va te piquer ton goûter…

 Par avance, excuse-moi. 

Ta maman.

 

La suite au prochain article : « A l’écoute de nos émotions »

 

Publicités

Un pas vers l’autonomie avec la libre motricité

Vos enfants, vous pouvez vous efforcer de faire comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous. Khalil Gibran.

❥ ♡ ♥

La motricité libre est issue de la pédagogie Loczy, qui regroupe plusieurs idées avec des objectifs précis.  Cette pédagogie vient de la pédiatre Emmi Pikler.

A la suite de plusieurs observations Emmi Pikler s’est aperçu que l’enfant dans son développement moteur n’avait pas besoin d’un apprentissage façonné par l’adulte. Il devient le principal acteur de son développement, cependant les parents ne sont pas exclus, ils accompagnent leur enfant, en aménageant un espace sécurisant, riche et qui évolue en même temps que les compétences de ce dernier.

En ce moment, on parle beaucoup de la motricité libre, pour ma part, elle ne fait pas partie d’une nouvelle pédagogie à suivre ou non, elle doit vraiment s’inscrire dans les habitudes de vie des nouveaux parents et des professionnels. En revanche, comme dans toutes les pédagogies ou articles sur le sujet de la petite enfance, il est essentiel de sélectionner ce qui nous correspond en tant que parent pour en faire sa propre recette. Chaque famille, chaque enfant est unique.

❥ ♡ ♥

936195_618394961513168_2139099447_n

Ma recette de la motricité libre 

S’écouter en tant que parent

Réguler le temps de présence de l’enfant dans un cosy, transat…

Privilégier la position sur le dos dans un cadre sécurisant, l’enfant va se retourner seul.

Eviter de mettre l’enfant dans une position qu’il n’a pas acquis de lui-même.

Préconiser le chariot, la poussette pour accompagner l’enfant dans la marche plutôt que le youpala/trotteur.

motricite-liberee-web.jpg

Les atouts de la motricité libre

Favorise la confiance en soi

Le repérage spatial

L’aisance motrice

La communication

La créativité

motricite.png

La suite au prochain article : Une attente récompensée !  

La théorie de l’attachement, c’est quoi ?

Au cours d’une enfance, des attachements s’enracinent qui ne se détachent plus. Eric De luca

❥ ♡ ♥

La théorie de l’attachement prend sens avec le psychanalyste John Bowlby. Ce qui faut retenir, dès la naissance l’enfant va se développer avec une figure d’attachement, principalement la figure maternelle, mais c’est tout à fait possible que cela soit le père ou une autre personne qui prend soin de lui.

Un bébé est une personne, il n’a pas seulement besoin d’être propre ou nourri, il a besoin d’amour, de compréhension, de lien…

Et c’est souvent dès la naissance, que les premiers signes de culpabilité parentale apparaissent ; Ah il dort avec vous ? Laisse le pleurer, il va devenir capricieux… Tu le couves trop…  

Savoir écouter est important mais se forger sa propre opinion et suivre ses valeurs éducatives sont primordiales. Même si parfois cela peut être complexe face à une situation qui nous dépasse.

Exemple de situation : un bébé pleure, il refuse de manger avec l’un des parents ou les parents, alors qu’il mange très bien chez ses grands-parents ou assistant maternel. Le parent peut tout de suite culpabiliser, mais il n’est pas là question d’alimentation ou de «  mieux savoir-faire ou d’expérience » mais bien d’attachement.

eae0aeda96774ea7eb8524aba88c6cab.jpg

Un enfant va exprimer toutes ses émotions avec sa figure d’attachement, joie, peur, colère, tristesse, mais pas en présence d’autres personnes ( surtout à 8 mois pendant « l’angoisse de séparation »), il se sera en position de défense et de survie.

Répondre aux besoins de son enfant, ne le rend pas égoïste ou capricieux mais au contraire cela développent ses compétences émotionnelles, sociales et intellectuelles.

J’ai deux secrets ; les caprices n’existent pas, c’est seulement les émotions qui résonnent et avec un attachement sein, raisonné, expliqué et accepté, les étapes suivantes seront beaucoup moins culpabilisantes, en tant que parent.

❥ ♡ ♥

Un maternage proximal ne condamne pas l’autonomie, il l’y prépare.

La suite au prochain article : Un pas vers l’autonomie avec la motricité libre ?

Ma représentation de l’éducation

L’enfant n’a pas besoin de parent parfait mais de parents authentiques qui reconnaissent leurs erreurs et leurs envies de changer. Arnaud Deroo.

ღ ♥ ♡ ❤ ❥ ❣

Après la question du désir d’enfant, celle de l’éducation va prendre place. Quelle éducation vais-je lui transmettre ? La mienne ? Celle de mon conjoint ? De mes parents ? Amis ? Pédagogues ?  A mon sens, c’est un mélange de ce que l’on est aujourd’hui qui détermine le choix de notre éducation.

sticker-silhouette-enfant-balancoire-6312.png

Déf : « Art de composer un individu en développant ses qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à lui permettre d’affronter sa vie personnelle et sociale avec une personnalité suffisamment épanouie. »

Voilà une définition que l’on peut retrouver à la page « éducation » dans un dictionnaire et elle me correspond sur plusieurs points. Notamment sur le fait d’accompagner son enfant dans son épanouissement personnelle et sociale.

De par ma formation, j’ai dû me plonger à cœur perdu dans toutes les pédagogies anciennes ou nouvelles afin de déterminer laquelle est la plus adaptée aux enfants d’aujourd’hui… mais honnêtement je pense que la plus adaptée est sans doute l’éducation choisie et assumée par les parents, être des parents authentiques.  

Alors oui, je pense qu’il y a des courants qui sont indispensables pour le développement de l’enfant, comme la théorie de l’attachement ou la libre motricité… A étoffer dans des prochains articles.

Mais, je crois profondément que l’authenticité est la base d’une éducation sereine. Savoir s’écouter en tant que parent, se respecter et s’aimer sont des piliers incontournables à transmettre à son enfant.

Des parents épanouis, c’est la clé du début d’une éducation…

ღ ♥ ♡ ❤ ❥ ❣

La suite au prochain article : La théorie de l’attachement, c’est quoi ?

Et enfin, l’acceptation…

Décider d’avoir un enfant , c’est accepter que votre coeur se sépare de votre corps et marche à vos cotés pour toujours .Katharine Hadley

Je me suis arrêtée un instant sur la véritable signification du nom de ce site et de sa création. Je suis convaincue que rien n’arrive par hasard dans la vie. Je pense que tout est une question de temps, les choses doivent se dérouler d’une certaine façon et d’une certaine manière. Il y a des orages à célébrer pour apprécier les éclaircis.

J’ai décidé de regarder l’attente différemment, de mettre en place des projets et d’essayer de profiter du moment présent en cohérence avec mes émotions. Accepter d’être ce que je suis. Balayer les fausses croyances et avancer avec cette conviction forte, notre jour viendra. Peu importe ce qui doit arriver, quel obstacle je dois encore franchir. Je serais là, je serais prête, je le suis depuis longtemps.

Des pensées positives, un regard bienveillant, une écoute attentive, une cohérence avec ses émotions, voici les clés de mes valeurs quotidiennes… Tiens, mais tout cela ne ferait pas écho à ma vision de l’éducation ?

La suite au prochain article : « ma représentation de l’éducation »

IMG_0028.jpg

L’insupportable attente

Le plus grand obstacle à la vie est l’attente, qui espère demain et néglige aujourd’hui.  Sénèque

❥ ♡ ♥

Je t’attends. Je t’attends depuis longtemps. Je fais partie de celles qui jouent à la maman depuis l’enfance. Je fais partie de celles, qui savent qu’être mère fait partie intégrante de leur projet de vie. Je suis de celles, qui font résonner les futurs prénoms inlassablement dans son esprit. Je suis de celles, qui attendent toujours le moment le plus favorable. Je suis de celles, qui réfléchissent à chaque conséquence que cela pourrait entraîner.

Puis soudain, le silence. L’envie prend le dessus sur tous les doutes, je tente de lâcher prise, de ne pas y penser trop fort, quelqu’un pourrait m’entendre et me voler cet espoir. L’attente est au départ paisible mais elle se transforme rapidement et elle devient insupportable. Le plus intolérable, c’est de ne rien contrôler, c’est laisser l’amour se métamorphoser. Il faut être patient, il faut aimer. Je le suis de toutes mes forces alors pourquoi dois-je attendre ?

Les mois passent, certains diront que nous avons le temps, d’autres diront que la clé c’est de ne plus y penser…  Mais que savez-vous de notre avenir ? Le passé est derrière nous, le futur est incertain. Alors écoute-moi, vivez l’instant ! Ancrez-vous dans le présent. Alors, aujourd’hui, je suis triste mais je voulais te dire que je t’attends.

❥ ♡ ♥

La suite au prochain article : « Et enfin, l’acceptation…. »

Pourquoi voulons-nous des enfants ?

L’enfant commence en nous, bien avant son commencement. Marine Tsvétaeva

Il existe plusieurs raisons conscientes ou inconscientes, communes ou distinctes à chacun.

1188951418_small.png

ღ ♥ ♡ ❤ ❥ ❣

Le désir d’enfant qui se différencie du désir de grossesse, prend racine dans notre enfance. Notamment avec l’arrivée des jeux symboliques : «  la poupée, les voitures.. ». Les jeux des jeunes enfants renvoient à l’identification du rôle parental. Mais la volonté d’avoir un enfant est propre à chaque individu. Cela peut être lié à son histoire, son contexte familial…

Le désir va voyager entre réelle conviction et crainte, mais l’essentiel, c’est de savoir pourquoi faisons-nous ce choix.

Pourquoi voulons-nous un enfant ? Pour devenir parents ? Pour nous ? Pour l’autre ? Pour transmettre ? Pour l’imaginaire collectif de la réalisation d’un couple ? Pour réparer ? Pour remercier ? 

Vous pouvez essayer de vous ancrer dans le présent même si votre désir vient sans doute d’une croyance profonde. Ne faites pas un enfant pour être heureux, soyez le, pour le transmettre ensuite…

ღ ♥ ♡ ❤ ❥ ❣

C’est bien joli ce discours, mais quand nous sommes prêts, mais pas bébé ?

La suite au prochain article : « L’insupportable attente. »